Projection/débat: La guerre des graines

Publié le par VIGILANCE OGM 33

Au cinéma Utopia de Bordeaux

 

Vendredi 4 NOVEMBRE à 20h30, SOIRÉE-DÉBAT :

OGM, C'EST PAS FINI !, organisée par Vigilance OGM 33

 

Projection de LA GUERRE DES GRAINES suivie d'un débat

animé par Christophe Noisette, rédacteur en chef du site

d'information Inf'OGM. Tarif unique : 4 euros – Achetez vos

places à l'avance, à partir du Mardi 25 Octobre.

LA GUERRE DES GRAINES

Film documentaire de Stenka QUILLET et Clément MONTFORT - France 2014 - 52 mn

Production John Paul Lepers - ON Y VA ! Media

 

Depuis 2008, les moratoires successifs puis la loi sur l'interdiction des cultures de maïs transgéniques ont pu laisser penser que c'en était fini des OGM en France.

C'était sans compter sur les 4 500 000 tonnes de tourteaux importés chaque année pour nourrir les animaux d'élevages industriels dont les produits, viande, lait, oeufs, ne portent aucune mention sur la nature de leur alimentation.

Concernant les cultures, les industriels savent utiliser toutes les ficelles. En effet, sont cultivés actuellement dans les champs français 20 000 hectares de colza et 140 000 hectares de tournesol génétiquement modifiés pour être rendus tolérants à des herbicides par la technique de la mutagénèse. Les produits issus de cette technique sont, au regard de la définition de la directive européenne 2001/18, clairement définis comme OGM mais arbitrairement exclus du champ d'application de la réglementation les concernant : pas d'évaluation, d'autorisation, d'étiquetage ni de suivi !

 

Les OGM innovent pour mieux se cacher

 

De nouvelles techniques de génétique et de bio-informatique sont désormais au point dans les laboratoires pour rendre possibles des modifications du génome. Le but des industriels : mettre sur le marché des végétaux brevetés mais dont les manipulations génétiques ne seraient pas identifiables et donc les faire échapper à la réglementation sur les OGM.

La bataille fait rage et les firmes agrochimiques et semencières y compris Limagrain, le Monsanto français, exercent un lobbying intense auprès des états et de la commission européenne pour tenter d'imposer leur volonté. La commission européenne se penche sur ce sujet depuis 2007 et tarde à rendre son avis juridique, la matière est brûlante…

Ces techniques, qui s'appliquent au végétal, s'étendent également à l'animal. Et bientôt l'humain… ?

Face à ce danger imminent, de nombreuses organisations et des scientifiques se sont mobilisés.

 

Comme pour les OGM transgéniques, la société civile doit être informée pour faire valoir son point de vue.

 

Publié dans COMMUNIQUES, refus des OGM

Commenter cet article