Le Fol : les OGM actuels ne sont pas la bonne solution

Publié le par VIGILANCE OGM 33

Le Fol : les OGM actuels ne sont pas la bonne solution
Des paroles dont il faudra se souvenir, en cas qu'il perde la mémoire!

http://www.challenges.fr/monde/20121119.FAP5639/stephane-le-foll-les-ogm-actuels-ne-sont-pas-la-bonne-solution.html


PARIS (Sipa) -- Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a estimé lundi que les OGM actuellement disponibles n'étaient pas "la bonne solution" pour l'agriculture. Ouvrant un débat public organisé à l'Assemblée nationale sur les leçons à tirer de l'étude du Pr Séralini sur le maïs transgénique NK603, il a appelé à un débat plus large sur l'avenir des pratiques agricoles.

"Je pense que les OGM mis à la disposition des agriculteurs aujourd'hui ne sont pas la bonne solution: on a soit un matériel génétique résistant à des herbicides, soit des évolutions génétiques qui permettent d'avoir des résistances à des maladies spécifiques en produisant un insecticide. Je pense que ce n'est pas la bonne voie", a déclaré le ministre. "Cela concentre des pratiques culturales sur ce qui a déjà été fait pendant des années. On sélectionne jusqu'au bout quelques variétés pour les rendre les plus résistantes possibles: ce n'est pas ça le sujet. Il faut ouvrir d'autres perspectives".

Plaidant pour des techniques de conservation des sols ou l'alternance des cultures, le ministre a estimé qu'il fallait ouvrir d'autres perspectives pour l'agriculture. "Je veux que la France soit un leader de l'agroécologie à l'échelle nationale et internationale, on a suffisamment de potentiel de recherche, on a suffisamment d'agriculteurs compétents pour cela", a plaidé Stéphane Le Foll. "Je ne m'enfermerai pas dans ce débat: la question de la durabilité de l'agriculture n'est pas limitée aux OGM".

L'étude publiée par l'équipe de Gilles-Eric Séralini, portant sur la toxicité combinée d'un OGM et de l'herbicide Roundup, renvoie à des questions qui se posent depuis plusieurs années, a expliqué le ministre. Il a rappelé qu'en tant que député européen il s'était déjà penché sur ces questions liées à l'évaluation des OGM et à leurs alternatives.

Stéphane Le Foll s'est par ailleurs félicité de la tenue de ce débat public, organisé par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et techniques (OPESCT). "Dans les sciences du vivant, les sujets dépassent les choix scientifiques et touchent des questions éthiques", a déclaré le ministre de l'Agriculture: "il y a une nécessité d'avoir un débat démocratique sur ces questions, car il n'est pas facile d'arbitrer".

cdu/ir

Publié dans information

Commenter cet article