Le blé OGM bientôt en vente ?

Publié le par VIGILANCE OGM 33

<http://www.lnc.nc/article/australie/le-ble-ogm-bientot-en-vente>

mercredi 20 juillet

Des militants du groupe de défense de l’environnement Greenpeace ont récemment pénétré dans un centre de recherche et ont détruit des pieds de blé transgénique. Selon eux, ces plantations sont un risque pour la santé des Australiens.

Selon Greenpeace, le gouvernement australien a autorisé la tenue des premières études sur des humains nourris avec du blé OGM.

Photo Archives AFP

Armés de débroussailleuses, trois militants de Greenpeace ont escaladé une barrière et ont pénétré, en fin de semaine dernière, dans le centre de recherche gouvernemental de Canberra afin de détruire des pieds de blé transgénique.
Ces pieds de blé avaient été génétiquement modifiés pour réduire leur indice clycémique.

Expérimentation. L’agence scientifique gouvernementale CSIRO (Conseil national des sciences d’Australie) , qui mène les tests, a confirmé une « intrusion » sur le site et a indiqué mener une évaluation des dégâts. « La police et les autorités ont été informées et elles inspectent le site », a indiqué un porte-parole de CSIRO.
Selon Greenpeace, les trois militants, des femmes, portaient des combinaisons spéciales pour éviter de transporter des organismes génétiquement modifiés (OGM) en dehors du site et voulaient agir en raison des risques concernant la sécurité des tests.
« Nous n’avions pas d’autre choix que d’intervenir pour mettre fin à cette expérimentation, a indiqué Laura Kelly, membre de Greenpeace. Il n’a jamais été prouvé que les OGM étaient sans danger pour l’alimentation et une fois expérimentés, ils vont contaminer l’environnement. Il s’agit donc de protéger notre santé. »

Homme. « Le gouvernement a indiqué qu’il comptait commercialiser du blé OGM en 2015 en Australie, ce qui ferait de nous le premier pays à autoriser la commercialisation de blé OGM », a ajouté Mme Kelly. « Mais les sondages montrent que les Australiens ne veulent pas en manger. »
Les pieds de blé expérimentaux du CSIRO sont destinés à des tests sur des rats et les porcs avec à terme l’objectif de mener des tests sur l’homme (lire ci-contre), le centre de recherche devant pour ce faire obtenir une autorisation.
Le CSIRO a indiqué avoir pris des précautions pour éviter la contamination du blé OGM, entourant la parcelle d’une double clôture de deux mètres de haut et la recouvrant d’un filet contre les oiseaux, avec en plus des pièges à souris tout autour du site.
Aucune poursuite n’a été engagée pour le moment, a indiqué une porte-parole de la police, « l’enquête se poursuivant pour le moment ».

 

Un rapport alarmant

Greenpeace Australie vient de publier un rapport sur des essais controversés sur du blé génétiquement modifié (OGM). Le rapport intitulé Australia’s wheat scandal : The Biotech takeover of our daily bread (« Comment la biotechnologie contrôle de notre pain quotidien » ) révèle l’existence d’un partenariat entre le CSIRO et des entreprises biotechnologiques afin de commercialiser du pain OGM sur le marché australien. Greenpeace souligne l’existence de graves lacunes dans l’analyse des risques liés au pain génétiquement modifié (absence de détails sur le gène étranger inséré dans le génome du blé, absence d’essais pour déterminer les effets toxiques ou allergiques des OGM, etc).
Selon Greepeance « l’implication des sociétés biotechnologiques dans les essais au champ constitue un conflit d’intérêts ayant pour conséquence d’invalider l’analyse exhaustive des risques qui aurait permis d’empêcher la dissémination du blé OGM dans toute l’Australie ». A noter que tous les autres grands pays producteurs de blé (États-Unis et Canada), ont rejeté le blé OGM en raison des risques qu’il présente pour la santé.

Publié dans blé

Commenter cet article