La guerre des OGM reprend

Publié le par VIGILANCE OGM 33

Objet : [ milou@monde-solidaire.org ] le monde - 06.02.2012
 OGM : la guerre reprend


 Pendant le tohu-bohu de la campagne présidentielle, la vie déroule ses flots imprévisibles. Et si le débat oublie l'environnement, celui-ci n'en continue pas moins de développer problèmes et conflits. Ainsi en va-t-il de la guerre des organismes génétiquement modifiés (OGM). La trêve avait été conclue en janvier 2008 : le gouvernement décidait le moratoire sur la culture du maïs transgénique de Monsanto. La paix revint dans les campagnes. Mais les adversaires ne désarmaient pas. En septembre 2011, la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) jugeait mal fondée la décision, qu'annulait, le 28 novembre, le Conseil d'Etat. La culture du maïs transgénique redevenait possible en France.

Ministres et président juraient alors qu'ils ne le permettraient pas. En même temps, le gouvernement demandait au Haut Conseil des biotechnologies (HCB) de lui indiquer comment organiser la coexistence entre cultures transgéniques et normales, de façon que les premières ne nuisent pas aux autres. Au terme de divers épisodes, le HCB rendait des avis contournés. Des virulentes discussions ayant agité cette honorable assemblée, il ressortait que la coexistence était envisageable, à condition de l'encadrer de nombreuses et difficiles précautions.

Sans doute la sophistication de cette position parut-elle excessive au ministre de l'agriculture, Bruno Le Maire. Il déposait, le 30 janvier, un projet d'arrêté sur la mise en culture des OGM, réduisant au minimum les précautions à prendre et négligeant l'avis du HCB. De son côté, la ministre de l'écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, promet que le gouvernement prendra une mesure d'interdiction fin février.

Celle-ci pourrait s'appuyer sur le tort fait par les OGM aux apiculteurs, reconnu par un autre jugement de la CJUE le 6 septembre 2011. A condition que le veuille le ministère de l'agriculture, ce qui pourrait n'être pas le cas. Si bien que la décision, si elle ne se réfère pas aux abeilles, risque d'être annulée par le Conseil d'Etat, saisi en référé par les promoteurs des OGM. Ceux-ci planteraient alors le maïs transgénique en avril ou en mai. Une jolie chausse-trappe pour le tout nouveau président...

Les OGM restent un problème politique. Qui ne pourra pas se résoudre tant qu'on ne formulera pas clairement le choix qu'ils impliquent : une agriculture productiviste et destructrice d'emplois, ou une agriculture écologique et créant du travail.

kempf@lemonde.fr

Hervé Kempf

Pétition pour une protection de l’apiculture et des consommateurs face au lobby des OGM
http://www.ogm-abeille.org/#petition

Publié dans maïs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article