Colmar : peines avec sursis pour les faucheurs de vignes OGM

Publié le par VIGILANCE OGM 33

Colmar : peines avec sursis pour les faucheurs de vignes OGM
le 14/10/2011 à 08:50 par P.B.

Le tribunal correctionnel de Colmar a condamné ce vendredi les faucheurs de vignes OGM  à une peine de 2 mois de prison avec sursis. Sont néanmoins exclus de cette condamnation, les six faucheurs récidivistes qui écopent de 60 jours-amende à 20 euros et le paiement d'un euro symbolique pour préjudice moral.

L'indemnisation de l'INRA a été fixée à 57 000 euros par le tribunal.

Lle 15 août 2010 ils avaient entièrement détruit une parcelle de plusieurs dizaines de pieds de vignes OGM, plantés dans le cadre d'une expérimentation en plein air de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra), à Colmar,

Cette décision avait mise en délibéré à l'issue du procès qui s'était tenu du 28 au 30 septembre dernier à Colmar.


 Article dans Basta! - colmar-contre-manif-organisee.jpg

Ce matin devant le tribunal correctionnel de Colmar. Photo Jean-François Frey

 

 Article dans Basta! -

OGM
Quand l’Inra orchestre une manifestation de ses salariés
PAR SOPHIE CHAPELLE (14 OCTOBRE 2011)

Le délibéré du procès des 60 faucheurs volontaires – qui avaient détruit, dans la nuit du 14 au 15 août 2010, des pieds de vigne transgénique appartenant à l’Inra [1] – sera rendu le 14 octobre à Colmar. A cette occasion, la direction de l’Inra a diffusé un message à ses salariés leur demandant « la plus grande mobilisation pour défendre [leur] liberté de chercheur en [s]’affichant clairement en blouse blanche ». Pour celles et ceux prêts à se mobiliser devant le tribunal, une réunion est même prévue avec le directeur de la communication. La direction générale craignant peut-être que les chercheurs manquent d’idées (et d’enthousiasme ?), la note précise même que « des banderoles avec des slogans clairs sont en préparation ».

Pour le syndicat SUD Recherche EPST [2], ce procédé de la direction « évoque ceux employés par les dictatures à bout de souffle qui organisent de telles manifestations spontanées pour soutenir leur régime lorsqu’ils sont remis en cause ».

En voulant pousser au bout cet essai, l’Inra n’a pas tenu compte « ni des citoyens, ni des paysans, en ignorant les retombées environnementales et économiques, faisant le jeu des lobbies agro-industriels », affirment dans un communiqué les Faucheurs volontaires. Et SUD Recherche d’insister : « De quelle liberté bénéficient vraiment [les chercheurs] aujourd’hui alors qu’il est de plus en plus difficile de trouver des financements sans justifier de l’intérêt des recherches pour des entreprises privées ? » Une chose est sûre, SUD Recherche n’hésitera pas à demander à la direction, lors des prochaines manifestations de personnels contre la casse du service public, de prendre en charge les factures de banderoles et des retenues sur salaires.

Publié dans vigne ogm

Commenter cet article