OGM, plantes mutées ... une journée de réflexion pour l'action

Publié le par VIGILANCE OGM 33

INVITATION

Face à l'actualité des tournesols mutés résistants aux herbicides totaux, un groupe - issu des Etats Généraux de Toulouse - s'est constitué dans l’urgence pour organiser l'action de Bollène du 20 mai : plus de 200 participants, rencontre/discussion avec les représentants du CETIOM, production d'argumentaires, interpellation officielle des ministères et du CETIOM... (voir sur les sites « OGM31 » et « semons la biodiversité »)
Cette action a élargi le combat anti-OGM, au delà des OGM réglementés (issus de transgénèse) vers une problématique procédant de la même fuite en avant vers le « toujours plus » technologique et présentant les mêmes dangers potentiels pour la santé, l’environnement et la souveraineté alimentaire, en l’occurrence l’invasion de « super mauvaises herbes » et l’augmentation des épandages d’herbicides. 
Nous savons d’autre part que ces OGM officiels ne sont que l’un des aspects les plus visibles d’une vaste offensive pour privatiser le vivant, s’appuyant tout à la fois sur une propagande mensongère (faim dans le monde, alicaments miraculeux, « bio » carburants…) un lobbying redoutablement efficace et un arsenal juridique (national, européen, supranational) et technologique de plus en plus performant. Associée aux pratiques culturales de l'agro-industrie, cette privatisation mène immanquablement à une régression de la biodiversité cultivée.
Pour faire face à cette vaste offensive, la diversification du combat anti-OGM est plus que jamais nécessaire mais ne va pas sans poser des problèmes en terme de capacités militantes et d'appropriation des connaissances mais aussi en terme de stratégies d'action en vue d'alerter et d'informer les citoyens, les paysans et les décideurs politiques.
Sur les problèmes posés par les plantes résistantes à des herbicides totaux, il semble que le MEEDADT, ainsi que le ministre de l’agriculture soient sur la même longueur d’onde que nous. Mais ce n’est que la pression que pourront exercer les citoyens et les organisations qui les obligera à mettre leurs décisions en cohérence avec leur conviction affichée.
Il est donc essentiel et urgent que l'ensemble du mouvement anti-OGM se saisisse de ces questions, définisse ses orientations ainsi que les actions à mener dans les mois qui viennent.
C'est pourquoi nous vous invitons le

samedi 29 août
 de 9 h 30 à 17 h

au siège de la Confédération Paysanne

104 rue Robespierre
93170, BAGNOLET

Repas de midi sorti du sac

Publié dans COMMUNIQUES

Commenter cet article