Le maïs OGM bientôt de retour dans les champs français ?

Publié le par VIGILANCE OGM 33

le maïs 810 de retour ? (Libe.fr)

Le maïs OGM bientôt de retour dans les champs français ?

L'agence européenne de sécurité sanitaire des aliments juge que la clause de sauvegarde invoquée par la France pour suspendre la culture du maïs OGM de Monsanto n'était pas justifiée.

Réagir

GUILLAUME LAUNAY

Le maïs OGM Mon 810 de retour dans les champs français? De retour dans le débat en tout cas. L'agence européenne de sécurité sanitaire des aliments (EFSA) a en effet jugé que la clause de sauvegarde invoquée par la France en février pour suspendre la culture du maïs OGM de Monsanto n'était pas justifiée. Le panel OGM de l'agence a conclu que les données fournies par Paris à l'appui de sa requête «ne présentaient pas de nouvelles preuves scientifiques en termes de risques pour la santé humaine ou animale ou pour l'environnement, qui puisse justifier l'invocation de la clause de sauvegarde», dans une décision datée du 29 octobre.

Un acquis du Grenelle de l'environnement qui vacille

Les «doutes sérieux» invoqués par le comité de préfiguration sur les OGM sont donc balayés, et c'est un des acquis du Grenelle de l'environnement, pour lequel Nicolas Sarkozy et Jean-Louis Borloo s'étaient engagés, qui vacille. Le Mon 810 n'est pas pour autant formellement autorisé: la décision revient à la Commission européenne. Mais celle-ci suit généralement les avis de l'EFSA.

Greenpeace a vivement réagi à cette annonce, la qualifiant de «décision grave» et s'en prenant à l'EFSA, qui a presque toujours arbitré en faveur des OGM: «En dépit des doutes sérieux existant sur la compétence de l’EFSA sur les OGM, elle continue de faire comme elle a toujours fait en méconnaissance totale de cause: donner des avis positifs sur tous les OGM ! s’indigne dans un communiqué Arnaud Apoteker, de Greenpeace France. Face à l’adversité, l’EFSA ferme donc les oreilles et fait le gros dos aux dépens des citoyens français et européens. C’est inadmissible ! Dans ces conditions, il faut fermer l’EFSA tant que la réforme attendue par tous n’a pas eu lieu». La réforme du mode d'évaluation des OGM au niveau européen est en effet un des chantiers que la France a mis sur la table lors de sa présidence de l'Union.


Publié dans information

Commenter cet article