La Région Aquitaine se positionne sur le projet de loi sur les OGM :

Publié le par VIGILANCE OGM 33

CONSEIL REGIONAL d'AQUITAINE

Communiqué de Presse

vendredi 28 mars 2008

 

La Région Aquitaine se positionne sur le projet de loi sur les OGM :

Une vigilance partagée avec les 15 membres français du réseau des

Régions européennes libres d'OGM

 

La Région Aquitaine mène depuis de nombreuses années une politique en faveur d'une

agriculture de qualité et respectueuse de l'environnement. Elle est à ce titre signataire de la

Charte de Florence et membre actif du Réseau des Régions européennes sans OGM.

Le risque économique et environnemental que fait courir la culture d'OGM en plein

champ à l'agriculture aquitaine et à la biodiversité est pour Alain Rousset

inacceptable.

 

C'est pourquoi à l'occasion du débat qui va s'ouvrir à l'Assemblée Nationale sur le projet de

loi relatif aux organismes génétiquement modifiés, le Conseil régional d'Aquitaine, avec

les autres Régions françaises du réseau des Régions européennes libres d'OGM,

souhaite rappeler que la liberté de produire, d'acheter et de consommer des biens

alimentaires produits sans OGM est un principe fondamental devant être reconnu à

tous les citoyens.

 
Communiqué des Régions françaises du réseau des Régions européennes libres d'OGM :

 

«Alors que l'Assemblée Nationale va ouvrir le débat sur le projet de loi relatif aux organismes

génétiquement modifiés, les Régions françaises signataires de la charte de Florence

rappellent que la liberté de produire, d'acheter et de consommer des biens alimentaires

produits sans OGM est le principe fondamental devant être reconnu à tous les citoyens.

 

Ces Régions considèrent que la clause de sauvegarde engagée par le Gouvernement

Français est un premier pas qu'il convient de confirmer en renforçant le projet de loi mis en

débat au parlement sur plusieurs points.

 

Les cultures d'organismes génétiquement modifiés en plein champ doivent être purement et

simplement interdites afin de protéger les productions conventionnelles, les productions sous

signe de qualité (labels, Appellation d'Origine Contrôlée, Inscription géographique protégée)

ou en agriculture biologique. Le projet de loi en débat ne protège pas suffisamment les

différentes filières de production de qualité et ne responsabilise pas assez ceux qui, par leur

production d'OGM, contamineraient l’environnement, l’agriculture et l’alimentation et ce de

façon irrémédiable.

 

Ce projet de loi devrait être renforcé pour être plus exigeant à l'égard de ceux qui

cultiveraient des OGM sans autorisation ou contamineraient des productions

conventionnelles.

 

Elles demandent que les collectivités territoriales régionales, départementales et

communales puissent faire le choix d’interdire la culture des OGM sur tout ou partie de leur

territoire afin de pouvoir respecter le choix des agriculteurs et des consommateurs.

 

Les Régions françaises demandent, à l'identique de ce que vient de faire l'Allemagne, la

mise en place d'une réelle transparence vis à vis des consommateurs par une obligation

d’étiquetage précisant la présence en OGM des produits mis sur le marché. Le

consommateur doit ainsi pouvoir être clairement renseigné sur la nature et la composition

des aliments qu’il consomme et pouvoir identifier les produits entrant dans la composition de

l'aliment.

 

Les Régions françaises, membres du réseau des régions européennes libres d’OGM (GMFree

Regions’ Network) attendent que le Gouvernement modifie son texte de loi pour

assurer une plus grande sécurité aux producteurs et consommateurs qui veulent pouvoir

disposer de produits indemnes d'OGM et une plus grande transparence pour les produits mis

sur le marché.»

 

43 Régions sont membres du réseau, dont 15 Régions françaises :

Aquitaine, Bourgogne, Bretagne, Centre, Corse, Franche-Comté, Ile-de-France, Limousin,

Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais, Basse-Normandie, Haute-Normandie, Pays de la Loire,

Poitou-Charentes, Rhône-Alpes.

 

Contact Presse : Rachid Belhadj

05 57 57 02 75 ou 06 18 48 01 79

presse@aquitaine.fr

Publié dans COMMUNIQUES

Commenter cet article